Mot-clé - photos

30 mars 2012

Berlin de nuit

Dernier billet sur Berlin et après j’arrête de vous embêter avec mes photos.

Lire la suite...

Berlin en noir et blanc

Essayer d’échapper à la photo touristique.

Le lecteur

Mémorial juif
S’amuser au Sony Center.

Flore urbaine

Flore urbaine

Flore urbaine

Désolée si je ne suis pas très bavarde. Je suis ou devrais être en plein mémoire pour lequel je n’arrive pas à me passionner…

27 mars 2012

Berlin en couleurs (II)

Je continue avec mes photos de Berlin à tonalité bleutée. N’oubliez pas de cliquer sur les images [1]!

Lapin de Pâques

Reflets

L'Ancien et le Moderne

S-Bahn

Note

[1] Les miniatures générées par Dotclear ne rendent pas exactement pareil et je n’ai pas encore pris le temps de créer les miennes.

23 mars 2012

Berlin en couleurs (I)

Un weekend à Berlin, ce n’est pas suffisant. Je ne suis pas très satisfaite de mes photos - trop touristiques pour une grande part - et j’ai raté quelques bonnes occasions. Pas grave, j’ai désormais plein d’idées de séries photos à faire une fois que je reviendrai là-bas.

Je ferai le tour de toutes les stations de Berlin.

U-Bahn
Et je m’amuserai à faire des séries avec une couleur comme fil d’Ariane parce que Berlin est une ville pleine de couleurs.

Tôles jaunes
(Pour cette photo, je me suis inspirée du travail de Matthias Heiderich mais sans aller jusqu’au rendu fortement turquoise.)

Berliner Frühling

Berliner Frühling

En attendant que je finisse de trier mes photos de Berlin, un crocus berlinois pour fêter l’arriver du printemps.

2011 en Croatie

Ciel embrasé
Je me suis enfin décidée à trier et publier mes photos qui sommeillaient sur Lightroom depuis un an…

Pensez à cliquer sur les photos (le rendu des miniatures n’est pas exactement le même).

Lire la suite...

14 novembre 2011

L'Instax ou les joies de la photographie instantanée

Pluie d'Instax Faute de pouvoir s’acheter le fameux SX-70 de Polaroïd et ensuite investir dans les films encore expérimentaux de The Impossible Project, j’ai décidé de me rabattre sur ce gros jouet en plastoc un peu cheap de Fuji qu’est l’Instax.

La prise en main est quelque peu déroutante : un viseur médiocre et décentré sur la gauche (attention au cadrage !), des possibilités de réglage quasi inexistantes et cet agaçant flash qui se déclenche automatiquement (il faut que je pense à coller de l’adhésif noir dessus).
Mais une fois que l’on a déclenché, la magie opère…

Voir mon image prendre progressivement vie et forme sous mes yeux et observer la réaction étonnée et pleine de curiosité des gens autour de moi, je ne m’en lasse pas. Il m’arrive encore d’être un peu fébrile et d’attendre impatiemment de voir le résultat.

Très ludique, c’est un excellent complément au numérique que ce soit en vacances ou au quotidien. J’apprécie de pouvoir partager, utiliser ou offrir immédiatement mes photos sans passer par la case, tri, post-traitement et impression (j’ai tout un dossier de photos qui attend encore d’être imprimé :/). Le rendu est souvent très bon, avec un petit côté rétro parfois, ce qui ne gâche rien.

Le prix des pellicules (20 euros les 20 poses) oblige juste de s’imposer une certaine discipline pour ne pas dilapider son stock trop vite, ce qui dans mon cas, me pousse à faire plus attention à mes cadrages et à ne pas déclencher au quart de tour.

Depuis que j’ai mon mastodonte au poids plume, je découvre une pratique photographique que j’aime énormément : ne pas s’embêter avec les réglages, cadrer, déclencher, admirer le développement de la photo et ensuite l’offrir, la coller sur le frigo, l’utiliser comme marque-page ou encore commencer un album/récit de voyage…

Je pense même en faire mon outil principal pour un prochain photodiary tellement je le trouve approprié pour capturer et donner corps à des bribes de réel, autrement éphémères.

Les Etats-Unis - Instax
Quelques Instax pris aux États-Unis. [1] Cliquez pour agrandir l’image.

Morceaux de vie figés, ces petits Instax cristallisent souvenirs et émotions au moment de la prise de vue dans un objet concret et c’est sans doute pourquoi je les aime tant.

Note

[1] Je vous montrerai l’album/récit de voyage quand je l’aurai terminé, ça rendra bien mieux (j’espère !) que ce scan fait à la va vite.

8 novembre 2011

Souvenir d'une belle journée en Normandie...

… ou comment lutter contre la grisaille qui nous envahit.

Trésor de sable

16 février 2011

En (long) transit

Fraîchement revenue de Croatie où l’on respirait déjà la douce odeur du printemps, la reprise est dure… Petit bout de Cocagne, promis, je reviens très vite !

Partir

26 mars 2009

Quelques flocons de printemps.

En plus d’avoir des jardins merveilleux (au sens fort du terme !) [1], il faut encore qu’ils trouvent le moyen de donner de plus jolis noms aux fleurs ! Lord Henry Wotton se plaint injustement. (Oui, le séjour à Londres a été également l’occasion de lire Wilde [2] en anglais.)

En général, je trouve que les mots anglais possèdent un puissant pouvoir évocateur et créateur d’images. Dans le cas du perce-neige, je trouve que dans le cas de l’anglais “snowdrop”, l’image est plus forte et plus poétique [3].

J’ai parlé d’une expo sur les plantes tropicales, dans mon souvenir elle s’appelait “Extravaganza”, et elle porte bien son nom. La flore tropicale est luxuriante, chatoyante, flamboyante : la reine de ce monde, c’est l’orchidée. Une sacrée coquette, orgueilleuse et hautaine avec ça. Une “m’as tu vu”, une “regarde ma magnifique robe” en somme. Et bien, je ne les aime pas ces orchidées ! Trop sophistiquée pour moi. [4]
Je suis beaucoup plus attirée par les fleurs simples, modestes, voire timides. Des fleurs qu’on trouve par chez nous, qui n’exhalent pas l’exotisme, qui nous annonce l’imminence de la mort de l’hiver.

Sauf que manque de chance, la plupart de mes photos sont ratées…Mon appareil n’avait plus de piles, et s’éteignait constamment. Donc c’était la course contre la montre pour déclencher… Pas de temps pour la mise au point pour éviter les flous, rien.

Notes

[1] Précision : Kew Garden est payant, mais vaut réellement le détour, le parc est magnifiquement entretenu !

[2] Et même que l’humour corrosif de Wilde, j’adore ;)

[3] Dédicace à H-A, qui ne passera jamais ici : Je sais ce que tu répliquerais. Mais la poésie légère a son charme également ;)

[4] C’est pourquoi ma série à venir sur les orchidées en décevra peut-être certains…