Contenu

Une Anémone dans votre boîte à lettres numérique

Toujours avec un train de retard, je me rends compte que la newsletter peut servir de support d’écriture1 et de partage autonome, d’alternative à un blog ou à un site. Facilité technique2 ou recherche d’un espace plus intimiste3 ?

J’en suis quelques unes après avoir longtemps été rétive face à ce format, lui préférant les flux RSS.

Dernièrement, j’ai découvert Anémone, une newsletter fleurie grâce à @troglodette.

Ça parle de plantes et de fleurs (comme vous l’aurez deviné), ma nouvelle lubie, et le contenu du premier numéro me rend très curieuse et impatiente de lire la suite.

J’espère simplement que chaque édition ne me donnera pas envie d’adopter une nouvelle plante…

J’envisageais déjà d’accueillir une autre Calathea chez moi et je me demandais laquelle choisir. Ce n’est donc plus qu’une question de temps avant que la magnifique Calathea triostar rejoigne ma Calathea médaillon.


  1. Lire aussi la réflexion de David Larlet à ce sujet qui m’a fait découvrir cailloux*

  2. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la difficulté de contribuer sur le web de manière indépendante et accessible sans compétence technique. 

  3. Dans un récent épisode bonus du podcast La Poudre, j’ai trouvé très intéressante la réflexion sur le podcast comme un espace de conversation plus protégé, plus sûr et intime ; moins violent aussi parce que placé sur une autre temporalité que celle des réseaux sociaux. Cette relative herméticité me semble très proche de la newsletter

Ce billet est accessible à l’adresse suivante :
https://bribesdereel.net/post/2019/01/20/newsletter-anemone

4 commentaires

1

« Un espace de conversation plus protégé » sur le web, forcément je déboule ! 

Cela fait un moment que l’idée de développer une nouvelle newsletter me travaille, ayant pour modèles plusieurs amies qui ont fait ce choix (souvent en continuant à mener leur blog à côté, parfois en délaissant complètement celui-ci au profit de la newsletter).

Quel que soit le format que l’on choisit pour partager, c’est vrai que ce qui est difficile, c’est de proposer une temporalité différente que le « vite fait (et généralement) mal fait » imposé par les réseaux sociaux.

Combien de fois m’a-t-on dit que j’écrivais « trop »… Pas forcément sur un ton de reproche, mais d’incompréhension. Parce qu’on a été très habitué·es aux contenus pré-mâchés, pré-digérés, mais pas que sur le net d’ailleurs – c’est l’évolution contemporaine des médias au sens large, et, si j’osais, d’une forme de propagande politique, qui l’air de rien nous exhortent à réfléchir le moins possible.

Bref, petit aparté matinal en réaction à ce que tu partages ce matin. Voir que cette réflexion continue et que l’envie de partager librement trouve de nouveaux chemins de traverse pour s’exprimer me remplit de joie !

Marie

Le 21 janvier 2019 à 06:53

2

Je commence à suivre pas mal de newsletters aussi, et je suis un peu mitigée : pour celles qui traitent de veille, le format a pour moi beaucoup de sens, mais pour d’autres, je trouve le côté “pas de communauté/pas de commentaires” assez frustrant même si :

  • tous les blogs n’ont pas de commentaires (comme celui de David par exemple)
  • de toute façon, les commentaires sont éparpillés (et plus souvent sur Facebook, IG, et Twitter que sur le post en lui même…)
  • on peut aussi avoir envie d’écrire pour soi avant tout (et j’en sais quelque chose) donc les réactions ne sont pas si importantes.

Il y a aussi un autre truc qui me dérange dans les newsletters, c’est le côté “pas écolo”. On passe d’un contenu centralisé sur un serveur (environ) à un contenu dupliqué sur X serveurs. Bon, c’est peut être bête comme reproche, mais je ne peux m’empêcher d’y penser, et je supprime donc la plupart des NL que je reçois après lecture.

Cela étant dit, ce que j’aime par dessus tout, c’est lire du contenu écrit par des gens passionnés (et donc de fait passionnants), alors peu importe le contenant !

annso

Le 21 janvier 2019 à 12:56

3

@Marie : Hello !

Je suis assez curieuse de comprendre pourquoi certaines personnes choisissent le format lettre plutôt que le format blog.

Ça me rappelle un peu ce que je faisais avant d’avoir un blog. J’envoyais un mail commun à des amis pour donner de mes nouvelles en voyage. Pratique que j’ai arrêté de faire d’ailleurs.

Pour toi, cette newsletter serait un complément à ton blog ou quelque chose de complètement différent ? Un objet destiné à un public plus restreint aussi ?

Pour la longueur, je n’ai jamais compris cette critique. Si le contenu est intéressant, je ne vois pas le problème. J’ai presque tendance à être agacée lorsque la personne s’en excuse ou félicite le lecteur ou la lectrice d’être arrivée jusqu’au bout comme si c’était une prouesse quasi insurmontable…

@annso : Je trouve également dommage de ne pas avoir un écosystème qui gravite autour du contenu principal. Idem pour les blogs sans commentaire ou possibilité de faire des rétroliens d’ailleurs.

D’un autre côté, je me dis que les commentaires (et leur gestion) peuvent constituer une charge mentale importante. Je n’écris pas sur des sujets polémiques (et mon blog est tout petit), mais sans doute que je choisirais de fermer les commentaires si je devais faire face à une horde de rageux.

À l’inverse leur absence peut aussi blesser ou laisser penser que son contenu n’est pas bon. Le fait de n’avoir aucun indicateur, aucun compteur permet de se préserver de cet aspect comptable qui peut être pernicieux.

J’ai le sentiment que le format newsletter est à la fois une solution technique plus simple par rapport au blog ou au site perso et un endroit voulu, pensé comme plus intimiste que ces lieux.

La newsletter permet de créer rapidement du contenu avec un format et un rendu satisfaisant, sans se poser de question technique. Là dessus, je ne peux pas m’empêcher de penser que le libre et les « geeks » ont échoué à aider les gens sans connaissance technique à être réellement propriétaires de leur contenu, mais c’est un autre sujet.

Le format m’apparaît plus personnel et privé également et c’est peut-être aussi ce qui est recherché ? Une relation plus privilégiée, sous le format d’une conversation ou plutôt d’une correspondance qui s’engage avec une seule personne et dans laquelle aucun intrus ne risque de s’immiscer.

Llu

Le 25 janvier 2019 à 09:53

4

@annso : J’ai oublié de réagir sur l’aspect écologique, je dois dire que je n’y avais pas du tout pensé et que j’y ferai désormais plus attention !

Pour la veille, je préfère quand même encore les flux RSS et déplore de les voir disparaître sur certains sites / blogs :(

Llu

Le 25 janvier 2019 à 18:34

Ajouter un commentaire

Vous pouvez écrire vos commentaires au format Markdown Extra.

Fil des commentaires