Chez soi numérique en quelques clics

Dans l’optique de réduire l’emprise qu’ont les GAFAM sur moi, j’ai décidé de reprendre le contrôle d’une partie de mes outils.

Si le sujet vous intéresse et que vous avez du temps et un peu d’argent à y consacrer, gérer des alternatives soi-même, ce n’est (désormais) pas insurmontable. Promis !

Je bosse dans le web aujourd’hui, mais c’est presque par hasard1 puisque ma formation initiale ne m’y destinait pas du tout.

À 16 ans, quand j’ai commencé mon premier blog, je ne savais pas ce qu’était le HTML, encore moins un nom de domaine ou un hébergeur web et j’écrivais en Comic Sans. Je reviens de loin ;)

J’ai tâtonné et appris beaucoup de choses sur le tas parce que je voulais avoir mon blog sur mon adresse (nom de domaine donc). Ça a été parfois franchement galère et frustrant.

Je trouve qu’il manque encore beaucoup de ressources destinées aux débutants qui n’ont pas de compétences particulières en informatique, mais qui souhaitent avoir leur propre espace.

J’espère que ce billet leur permettra d’oser se lancer dans l’aventure2.

Emménager

Élire domicile

Avant de commencer, vous devez choisir votre nom de domaine et votre hébergement3.

Manquant des compétences techniques requises pour configurer et gérer mon propre serveur, j’ai opté pour un mutualisé qui m’offre une autonomie suffisante.

Ne cherchez pas, prenez Monarobase ❤️ ! Chaudement recommandé par Jean-Christophe qui est de manière générale de très bons conseils, c’est mon hébergeur depuis plusieurs années et j’en suis extrêmement satisfaite. Je pense qu’il s’agit d’un des meilleurs rapports qualité-prix.

Personnellement, j’ai un hébergement Classic avec 16 Go d’espace disque pour 3 € HT/mois (soit 36 € HT/an) qui suffit pour l’instant à mes besoins. Il est facile de l’augmenter ou de changer de formule a posteriori si nécessaire, donc commencez petit si vous ne connaissez pas vos besoins.

Si vous prenez le nom de domaine chez Monarobase4, il vous en coûtera 10 €HT/an. En tout donc, vous dépenserez 55,20 € TTC/an.

Une fois votre commande passée, Richard s’occupera de tout vous expliquer. Il sait parfaitement s’adapter au niveau de connaissances de chacun.

Les clés

Si ce n’est pas encore le cas, investissez dans un gestionnaire de mots de passe pour stocker le mot de passe de votre hébergement et de vos futures applications en toute sécurité.

J’utilise 1Password, mais des alternatives open source et gratuites existent et mériteraient sans doute que j’y jette un œil.

Ne négligez pas ce point. Vous n’avez pas envie qu’un intrus s’introduise chez vous ou puisse usurper votre identité, n’est-ce pas ?

Assurance habitation

Sauvegardez, sauvegardez, sauvegardez !

J’ai perdu entre autres mes premières années de blog(s) (le monde ne s’en porte sans doute pas plus mal5), mes lectures & favoris, de nombreuses photos et plein de choses plus ou moins importantes.

J’ai beau savoir que sauvegarder est essentiel, c’est une leçon que je n’ai toujours pas fini d’apprendre.

Je tâtonne encore et n’ai pas trouvé de routine satisfaisante. Mon capharnaüm numérique grossissant d’année en d’année, je sais qu’il va falloir que je m’y penche sérieusement. C’est un chantier en cours, j’en reparlerai peut-être ici.

S’approprier les lieux : poser une boîte aux lettres

cPanel, l’interface d’administration de Monarobase, est très complète et plutôt ergonomique. Ne vous laissez pas impressionner par le nombre d’options.

Maintenant que vous avez un chez vous, occupons-nous de monter une boîte aux lettres. (Joie du numérique, vous pouvez en posséder plusieurs !)

Cette étape est tout à fait facultative, on se retrouve plus bas pour l’installation des applications web.

Je souhaite me passer le plus possible de Google et je me fixe comme objectif de supprimer mon compte à terme. Le mail est clairement la partie la plus pénible tant Gmail s’avère efficace et « généreux » en espace disque.

Sans parler des subtilités de configuration et les mots barbares (SMTP, IMAP, POP3) qui peuvent rebuter un néophyte.

Monarobase essaie de simplifier au maximum l’étape de création d’un compte de messagerie et de configuration.

Note : conservez une adresse de secours hors Monarobase pour avoir un moyen de contact en backup. J’ai choisi de faire confiance à Protonmail.

Créer une adresse email

Dans le volet Email, cliquez sur Comptes de messagerie.

Vous allez pouvoir configurer le nom de votre compte et le domaine (ce qui vient après l’arobase) si vous en possédez plusieurs.

Sur la capture d’écran, j’envisage de créer une adresse poubelle@bribesdereel.net.

Ensuite, c’est classique. On vous demande un mot de passe. Vous pouvez générer un mot de passe sécurisé depuis l’interface. Veillez à bien le noter (si vous le perdez, vous pourrez néanmoins le changer simplement).

Pour une adresse principale, je laisse le quota à illimité (attention à votre espace disque par contre). Dans l’exemple, s’agissant d’une adresse poubelle, je limite à 250 Mo comme suggéré.

Et hop, c’est fait ! Aller sur l’onglet Comptes de messagerie pour configurer l’accès à votre boîte.

Relever le courrier

Il existe deux façons de relever son courrier. Vous pouvez utiliser une webmail (comme Gmail) ou un client mail (Mail, Thunderbird ou Outlook par exemple).

cPanel propose deux webmails : Roundcube ou Horde. Je les trouve beaucoup moins fonctionnelles que Gmail et franchement laides.

On trouve des alternatives qu’il faut installer. J’y reviendrai.

J’utilise pour ma part surtout des clients mails (Mail sur iOS et Thunderbird sur ordi).

Ça tombe bien, Monarobase propose des fichiers de configuration prêts à l’emploi qu’il suffit de télécharger. Cliquez sur Connect Devices et Configurer le client de messagerie y pour accéder.

Trier le courrier et gérer les indésirables

Pour trier votre courrier, vous pouvez mettre en place des filtres au niveau de l’hébergeur.

Voyez ça un peu comme un centre de tri personnalisé. L’idée, c’est de traiter en amont et automatiquement les courriers de votre boîte aux lettres afin que vous ne trouviez que ce qui vous intéresse à l’intérieur (le tout rangé comme vous le souhaitez).

L’avantage de ces filtres, c’est que ces règles s’appliquent partout, quel que soit le client ou le webmail utilisé.

Je ne m’étends pas sur les options de filtres, pour me concentrer sur l’antispam (Spam Filters).

  1. Vérifiez que le SpamAssassin est actif.
  2. Spam Box : tous les messages considérés comme des indésirables sont déplacés dans un dossier SPAM ou Indésirables. Vous pourrez y repêcher les faux positifs.
  3. Suppression automatique des spams : je vous conseille de voir si l’antispam travaille correctement avant de l’activer.

En plus du comportement par défaut de l’antispam (qui s’améliore avec le temps), vous pouvez accorder votre confiance à certaines adresses (whitelist) qui ne seront plus contrôlées. Vous pouvez également décider d’en bloquer automatiquement sans vérification préalable (blacklist).

(Vous pouvez également opter pour SpamExperts, je ne pense pas que ça soit indispensable lorsque votre adresse n’est pas publique et que SpamAssassin est bien configuré.)

Et voilà ! Vous possédez désormais votre propre boîte mail \o/

Meubler en quelques minutes

C’est chouette, mais c’est un peu vide pour l’instant.

Monarobase propose deux utilitaires, Installatron et Softaculous, qui simplifient grandement la vie. Ils vous guident dans l’installation d’applications web et gèrent ensuite les mises à jour et les sauvegardes si vous le souhaitez.

Sauf besoin particulier ou curiosité personnelle, plus besoin de s’intéresser à l’étape d’installation de chacun de ces outils. Si seulement toutes les applications web pouvaient s’installer de cette manière.

Installatron est beaucoup plus ergonomique et offre notamment une gestion fine de la sauvegarde (on peut choisir de sauvegarder ailleurs que Monarobase), mais ne propose pas toujours la dernière version à jour d’un outil.

Softaculous est plus austère, mais très efficace pour les mises à jour et dispose d’un catalogue bien plus fourni. J’ai une préfère pour Softaculous qui me semble plus fiable.

En quelques clics, on peut installer6 : un blog, une boutique en ligne, une galerie photo, un wiki, un outil de suivi statistique (Piwik/Matomo), un outil de questionnaires en ligne, un gestionnaire de tâches, un Nextcloud, un ERP, un gestionnaire de tickets, un LMS (Moodle par exemple), un wallabag (équivalent de Pocket ou Instapaper), un générateur de liens courts, etc. Il y a en plus de 150 que tu peux installer. Installez-les tous, installez-les tous !

Chrono en main, un Dotclear (remplacez par l’application de votre choix) est fonctionnel en 1 à 2 minutes.

Au départ, j’étais un peu méfiante. C’était trop beau et trop simple pour être vrai. Ça ne pouvait que moins bien marcher. Force est de constater que non.

Bienvenue chez vous.

Il restera quelques coups de peinture et des ajustements à faire pour personnaliser les meubles, je propose de détailler ça dans un ou des prochains billets avec :

  1. Dotclear pour ce blog.
  2. Nextcloud qui remplace Dropbox (que j’utilisais assez peu) & Google Agenda. Je pense également lui transférer la gestion de mes contacts pour ne pas dépendre d’Apple.
  3. TinyTinyRSS comme agrégateur de flux RSS.
  4. Et peut-être Wallabag.

  1. J’ai raccroché les wagons avec le web tardivement, grâce au M2 PISE, excellente formation et pont entre les sciences humaines et l’informatique. 

  2. Ce billet traîne depuis un certain temps et le billet de Guillaume Champeau où il explique comment il a créé son cloud perso m’a redonné envie de le terminer. Je trouve l’offre Simple Hosting de Gandi tellement peu adaptée pour des débutants et si limitée… 

  3. Il est recommandé de séparer nom de domaine et hébergement. Ça permet de quitter son hébergeur plus facilement si nécessaire. Et c’est aussi un peu moins cher en fonction du prestataire choisi. Néanmoins, ça rajoute un peu de complexité, donc je ne l’aborde pas ici. 

  4. Attention, réfléchissez bien à votre adresse. Changer n’est pas anodin. 

  5. Je crois que je suis assez soulagée que La Taverne de la Souris Alcoolique (sic) ait disparu. 

  6. Prenez une profonde inspiration et lisez ce qui va suivre de la manière suivante

Ce billet est accessible à l’adresse suivante :
https://bribesdereel.net/post/2018/08/30/chez-soi-simplement

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.