Déambulations arachnéennes en 2017

Le web est un espace d’exploration fantastique quasi infini et j’aime m’y promener de lien en lien, passant de fil en fil en jouant les funambules, déjouant les tours de l’araignée qui voudrait bien que j’arrête de déambuler impunément sur sa Toile.

Et parce que j’aime partager ce que je découvre, j’ai décidé de consacrer toute une catégorie rien que pour toutes ces perles perdues dans l’immensité du web.

Je ressors la naïve et enthousiaste description d’une vieille1 catégorie laissée à l’abandon. Je n’écrirais sans doute pas tout à fait la même chose aujourd’hui (la naïveté en a pris un sacré coup entre temps), néanmoins l’enthousiasme initial et l’envie de partager sont toujours présents.

Face à une certaine morosité ambiante2 et contagieuse, j’ai souhaité garder une trace pérenne de mes errances 2017, compiler et réunir ce que j’ai découvert, appris et aimé.

Je conserve les choses (lorsque je les conserve) de manière complètement désordonnée, c’est un capharnaüm numérique monstrueux. Ça m’a donc pris plus de temps que prévu et je me suis dit que ça serait intéressant de reprendre de bonnes habitudes en partageant cette compilation incomplète et personnelle de mon web 2017, ponctuée de bribes de vie.

#a11y

Boulot oblige, j’ai beaucoup lu sur l’accessibilité numérique. Je ne m’attarderai pas trop sur le sujet ici.

Certains marchands peu scrupuleux et le lieu commun de la technologie salvatrice me font bondir. On est encore loin du bouton magique qui rendra tout accessible.

Comme Cordelia, j’aime beaucoup l’expression “ARIA3 cowboys & cowgirls” pour désigner les développeurs et développeuses qui l’utilisent partout et à mauvais escient. J’imagine le domaine transposé dans un univers western et lorsqu’on lit ce commentaire virulent à l’égard du WHATWG, on s’y croirait. Trahison, renégats, argent et intérêts commerciaux, de quoi faire une superbe série : Standardsland !

BD et accessibilité : Calvin and Hobbes on accessibility, une conférence de Léonie Watson que j’aurais adoré voir. Je vous conseille vivement Calvin et Hobbes si vous ne connaissez pas encore.

Handicap

Ne jamais perdre de vue que le but de l’accessibilité numérique, c’est de pallier le défaut d’inclusion des personnes handicapées dans notre société en leur permettant d’accéder aux informations et services disponibles en ligne. On en est encore très loin en France (cf. les observations de la rapporteuse des Nations unies qui révèle une réalité peu reluisante).

Travailler dans le domaine de l’accessibilité numérique m’a amenée à m’intéresser de plus près au handicap et/ou m’a ouvert les yeux sur un monde en partie invisible jusqu’alors. Je n’ai jamais vu autant d’aveugles avec une canne ou un chien-guide, de personnes en fauteuil, de sourds, etc. que depuis que j’ai commencé mon apprentissage chez SNCF.

J’ai lu et regardé de nombreux témoignages de personnes directement concernées qu’on entend et voit encore trop peu et que l’on consulte encore moins :

Handicap et militantisme

À mille lieues du préjugé que les personnes handicapées sont des êtres fragiles et impuissants.

Handicap et sciences humaines

J’ai découvert une discipline de la géographie, la géographie du handicap. Ça me conforte dans l’idée que dans ma prochaine vie, je serai géographe.

Féminisme

2017 aura aussi été une année importante de réflexion personnelle sur le féminisme. Je suis toujours un peu perdue parmi toutes les voix et les courants qui existent, mais j’ai beaucoup appris (et malheureusement peu noté).

J’ai aussi cherché à découvrir plus de femmes (artistes, expertes, scientifiques, etc.), inspirée certainement par le travail de Pénélope Bagieu avec les Culottées. Je suis très contente d’être tombée sur le compte Twitter WomensArt qui me permet d’en découvrir régulièrement.

Twitter & réseaux sociaux

En parlant de Twitter, leur façon de gérer le harcèlement et les propos haineux me débecte. Néanmoins, j’y suis encore parce que je découvre des comptes vraiment chouettes qui ne sont pas sur Mastodon (que j’ai un peu laissé à l’abandon).

J’ai complètement abandonné Instagram, agacée par la pub croissante. Finalement, ça ne me manque pas plus que ça, mais il faut que je retrouve un endroit où partager et retoucher des photos rapidement (j’aimais beaucoup les outils de perspective intégrés à Instagram).

Ajout 2018 : Goodbye Instagram, hello Ello, un article intéressant qui vante les mérites du réseau social Ello.

Photographie

En 2017, j’ai fait beaucoup de photos à l’iPhone, un peu moins au reflex. Je ne me suis toujours pas résolue à les trier et à les traiter.

  • Iran #NoFilter : un joli et court documentaire d’Arte sur la jeunesse iranienne que l’on découvre à travers 10 jeunes photographes iraniennes et iraniens.
  • Lyra Oko, une jeune photographe de mode noire basée à Nairobi. Elle fait un très beau travail de mise en valeur des femmes noires. J’aime particulièrement les forts contrastes entre les peaux noires et ce maquillage blanc ou encore ce maquillage jaune/doré/bleu sublime.
  • Une superbe série photo à demi nue de mimylasouris par JoDasson. J’ai habituellement du mal avec le nu qui ne me parle qu’assez peu. Cette série et le texte de la souris sur le rapport à soi et à l’image m’ont à l’inverse beaucoup touchée.
  • Low Orbit Tourist : Google Earth et une bonne dose de créativité. Le compte Instagram de Nuxxie est sympa aussi.
  • Kimiko Nishimoto, mamie japonaise délurée qui a commencé la photographie à 72 ans.

Japon

Ajout 2018 : bloc-notes japonais qui révèlent des objets au fur et à mesure qu’ils se vident.

Illustrations

On reste au Japon avec James Gilleard et on enchaîne avec quelques illustrateurs découverts cette année :

Nature et animaux

OpenEdition : révolution

Avoir accès à la recherche universitaire gratuitement et simplement, c’est un petit miracle dans notre société.

Je me réjouis de voir que le projet OpenEdition continue à évoluer et à grandir. On y trouve de nombreuses pépites, j’adore y lire notamment les carnets de recherche.

À l’occasion du centenaire de la révolution russe4, OpenEdition Books a publié une bibliographie très alléchante que j’ai ajoutée à ma liste de lecture 2018.

Culture et musées

Je n’ai pas été voir grand-chose cette année, je me rattrape en ligne, notamment sur le site de Gallica, redécouvert à l’occasion d’une visite thématique de Paris avec Pecadille.

J’ai découvert les facétieuses photographies de Stefan Draschan :

Dans le même esprit, je ne connaissais pas le principe du book face.

Fourre-tout

Ce billet traîne en longueur, je finis donc avec cette dernière catégorie.

Je garde de côté les blogs découverts et d’autres liens sur des sujets que j’aimerais prendre le temps de développer (cartographie, brutalisme, typographie et sons).

À très vite !


  1. 2008, j’avais 19 ans. Je suis partagée entre la honte qui me saisit habituellement quand je relis d’anciens écrits et la satisfaction de pouvoir mesurer le chemin parcouru depuis. Un excellent remède à mon angoisse de déliquescence intellectuelle post-prépa. 

  2. Le web, c’était mieux avant. It is known. La preuve

  3. ARIA est une API destinée à rendre les composants et les applications développées avec JavaScript accessibles. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire la fiche dédiée du guide du développeur RGAA 3

  4. Hasard de parcours scolaire, je m’intéresse aux anarchistes russes au lycée en découvrant Les Possédés de Dostoïevski avec Les Justes de Camus. Plus tard dans ma vie ou dans une autre vie, je serai russophone. 

  5. J’envisage toujours d’ouvrir un blog que j’appellerai Notes de bas de page. Peut-être pour cette année. 

Ce billet est accessible à l’adresse suivante :
https://bribesdereel.net/post/2018/01/01/D%C3%A9ambulations-arachn%C3%A9ennes

4 commentaires

  • 1

    Je suis vraiment contente de découvrir ton blog grâce à La Lune mauve, je suis assez emballée par ce que j’y lis (vraiment), ça change, c’est chouette ! Sur quels réseaux sociaux est-ce qu’on peut te suivre éventuellement, twitter ?

    Irène

    Le 4 mars 2018 à 23:12

  • 2

    Merci pour ton commentaire, ça me fait très plaisir de voir que ce que j’écris résonne chez quelqu’un :)

    Je n’ai plus une présence très forte sur les réseaux sociaux et j’ai plutôt tendance désormais à essayer de tout centraliser sur mon blog ou chez les autres en commentant directement sur leurs blogs (en tout cas, je m’y efforce).

    Llu

    Le 5 mars 2018 à 21:30

  • 3

    Quel jolie blog[1]! C’est la lune mauve qui m’envoie par chez toi.

    J’ai passé un bon moment à parcourir tes liens, en particulier sur le palais, the three graces et ello.

    [1] Et si tu envisage sérieusement en faire un deuxième dédié aux notes en bas de page, puis-je te suggérer “ibid” comme adresse?

    Ilse

    Le 7 mars 2018 à 06:24

  • 4

    Merci beaucoup :)

    J’aime beaucoup ta suggestion d’adresse ! Je suis allée vérifier si le nom de domaine était disponible, mais malheureusement non. J’imagine que c’est à cause de tous les sites de jeux en ligne.

    Je conserve l’idée en sous-titre de blog :)

    Llu

    Le 9 mars 2018 à 09:54

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires