To sidebar

18 juin 2017

Ces petites choses qui font les grandes

Cette année 2016-20171 a été extrêmement riche professionnellement avec 4 embauches formidables, des projets intéressants et stimulants, de nouveaux clients, des idées et des envies à foison.

Ça me démange parfois parler de mon boulot ici et ne pas me contenter de l’évoquer parce que notre projet d’entreprise est une aventure qui me passionne autant que notre domaine d’expertise. Néanmoins, j’aime trop l’idée que ce blog soit un espace personnel, éloigné de ce boulot qui prend déjà tellement de place, non que je m’en plaigne, dans ma vie.

Lorsque tout s’accélère et que la fatigue, la frustration et le stress s’accumulent jusqu’à provoquer un sentiment d’étouffement et de ras-le-bol, je m’accroche aux petites choses2, à la fois bouées et bouffées d’oxygène, qui contribuent à pimenter, enchanter, adoucir, égayer le quotidien.

Pour m’en souvenir, je prends beaucoup de photos et parfois j’écris des bribes que j’oublie ensuite dans les applications où je les ai semées. J’en partage finalement assez peu.

Près de chez moi

Ces derniers mois, je me suis rendue compte que j’étais extrêmement attachée à ma petite banlieue et surtout à mon quartier.

J’ai la chance de vivre dans un coin très vert, entourée d’arbres, de grandes étendues d’herbes et de fleurs sauvages. Je ne sais si c’est une nouvelle politique de la ville, mais les pelouses ne sont plus tondues entièrement et aussi fréquemment, avec pour heureuse conséquence d’avoir un champ de pissenlits magnifique en face de ma chambre.

La vie de quartier est plutôt agréable, surtout depuis que la population s’est diversifiée et qu’une épicerie africaine mais pas que (merci à eux de me fournir en paquets de riz thaï de 10kgs, parce que je ne le répéterai jamais assez, le riz, c’est la vie !) a ouvert il y a deux ou trois ans.

Je ne sais pas encore si je m’installe complètement, mais c’est la première fois que je commence à me dire que je suis plutôt bien quelque part.

Pas très loin, un projet de potagers urbains partagés a vu le jour et j’y ai planté des potimarrons \o/ À voir ce que ça donnera sur le long terme, je trouve en tout cas l’idée excellente. Des plantes, j’en ai également quelques unes sur mon balcon (plante grasse intuable dont j’ai oublié le nom, menthe, basilic, marjolaine et lavande) et je ne pensais pas que ça me procurerait autant de joie de les voir pousser.

En parlant de jardin, à l’initiative de Nasiviru et Le Roncier, le ParisCarnet de mai (je crois) s’est transformé également en bourse aux plantes. Malheureusement, mauvais timing, j’ai tué les bébés plantes qu’on m’avait donné en n’ayant pas de quoi les rempoter.

Les chouettes gens

Je me fais souvent la réflexion que je connais de bien belles personnes (et souvent, mais moins maintenant, je me demande ce qu’elles peuvent bien me trouver). J’ai eu l’impression qu’elles m’ont particulièrement aidée ces derniers temps et je leur en suis grandement reconnaissante.

Mi, une personne formidable et que j’ai la chance d’avoir comme collègue m’a fait une poupée kawaii comme tout à mon effigie et qui sent bon la lavande. C’est à la fois super mignon et très utile en cas de rhume :D #PratiqueEtMignon

Ce qui me fait penser à cette réflexion d’Amanda Palmer dans une interview :

« la vie est trop courte pour travailler avec des gens que je n’ai pas envie de connaître mieux. »

C’est une chance incroyable d’être entourée au boulot de personnes que j’apprécie et je la mesure tous les jours quand j’entends des proches raconter leurs mésaventures.

Une amie m’a fait la surprise de passer à la maison après son voyage en Écosse. Événement planifié en fait de longue date ensemble, mais que j’avais complètement oublié et qui m’a sauvé mon week-end. En allant la chercher à l’aéroport, tout le stress de la conduite avec connards hostiles sur la route s’est dissipé devant un coucher de soleil et un ciel fabuleux avec envol d’avion.

Alors que ça n’allait pas super fort, Sacripanne m’a invitée à un brunch en chouette compagnie. Qui peut résister à Lomalarchovitch devant la harpe en carton <3 ?

Berthillonner3 avec la souris après une grosse journée de boulot est toujours un plaisir. Cette fois, trio chocolat, vegan (dattes, noix de cajou et ?) et figue. Un délice !

Et autres

Il y a aussi des choses dont j’ai envie de vous parler plus en détails et que j’espère prendre le temps de faire.

En attendant, je vous embrasse et vous souhaite de passer une belle journée !


  1. Je ne suis pas prof, mais j’ai gardé l’habitude de raisonner en année scolaire. 

  2. Je considère ma capacité à voir et m’arrêter devant des petits détails du quotidien comme une qualité précieuse que j’espère toujours conserver. Le merveilleux est à nos pieds, à nous de savoir lui faire de la place et de l’accueillir dans nos vies. 

  3. Berthillonner : décider d’aller manger une glace Berthillon à l’improviste et discuter de tout et de rien en se promenant. 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

1. Le 27 juin 2017, 00:36 par Anonymous blog

Juin 2017 : mes favoris • Inspiration • La Lune Mauve

(…)

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/411

Fil des commentaires de ce billet

© Bribes de réel, after the WP Dusk To Dawn theme Propulsé par Dotclear