Micrordinaire #2

En mai, il s’est passé tellement de choses chouettes avec des gens encore plus chouettes que j’ai même pas vu le temps filer.

Connexions improbables

Für immer jung, ich fühle mich für immer jung… Qu’ont en commun Die Biene Maja, Kundera et mon livre de tchèque ? Karel Gott, un équivalent tchèque de Johnny, en plus polyglotte et kitsch1. Une institution en République tchèque (et dans les pays voisins) que je n’avais jamais pris le temps d’écouter quand j’étais à Prague.

Ce n’est pas tant la découverte qui me réjouit que d’avoir trouvé ce qui me chiffonnait, quand j’ai entendu le nom de Karel Gott dans un nouveau contexte, et d’avoir fait la connexion avec la star tchèque. Deux points reliés et soudain des morceaux de ta vie ressurgissent et dévoilent une nouvelle dimension. Des mots et des expressions prennent un tout autre sens. Et mon cerveau de relier Karel Gott à Kundera et son aversion pour le kitsch. Et si Karel Gott avait inspiré Kundera ? Il est fort possible que ça soit le cas, si j’en crois cette note de bas de page d’un article consacré au rapport de Kundera à la musique. On y apprend aussi que Karel Gott a un musée dédié à sa personne2. Fear the power of the kitsch!

Tout ça parce que quelqu’un t’a fait écouter le générique allemand de Maya l’abeille un soir. Je trouve ça formidable.

Brocolis, lien social et stickers

Pour mes 26 ans, j’ai eu en la personne de G., un ami italien, un excellent animateur de déjeuner-goûter d’anniversaire. Pour le remercier, je songe fortement à écrire les statuts des Brocolis anonymes3, l’association qu’il veut créer pour réunir ceux qui détestent les brocolis et ceux qui adorent, les premiers aidant les seconds à arrêter. L’avantage, c’est qu’il y a plein de chouettes stickers déjà prêts.

Ping-pong, lapins et 2001 : l’Odyssée de l’espace

11275383_416694581844375_1239335441_n.jpg Jusqu’au 20 juillet, le centre Pompidou accueille une drôle d’exposition. Le ping pong club de Július Koller, un artiste slovaque.

Je trouve le concept super enthousiasmant. Je n’ai jamais vu un musée être un tel lieu de vie et je trouve ça vraiment inspirant. J’ai beaucoup aimé observer tous ces gens très différents jouer et interagir avec les différentes tables. Comme ici, ces filles en train de faire un selfie ping-pong.

J’y retournerai bien d’ailleurs pour faire des photos avec autre chose que mon iPhone.

Au même endroit, se tenait l’exposition Qu’est-ce que la photographie qui était drôlement bien. Je ne connaissais pas les boîtes d’allumettes de Man Ray qui m’ont beaucoup plu et j’ai beaucoup accroché à Photography Is, une œuvre de Mishka Henner. Peu de rapport ou presque, mais ça m’a refait penser à un article de Frédéric Kaplan paru dans le Monde diplomatique.

Dernier jour de mai, grosse claque sonore et visuelle. 2001 : l’Odyssée de l’espace à la Philharmonie.

Et…

Des pique-niques, des balades en Brompton (record de vitesse personnel désormais établi à 38km/h !), des entraînements de speedminton (ça ne vaut pas le badminton, mais on s’amuse bien quand même) et des projets un peu fous qui mettent de bonne humeur.

À tous ceux qui ont contribué à égayer mon mois de mai, je vous embrasse très fort. C’était un beau mois de mai, merci :)


  1. Je me demande si quelqu’un a déjà pensé à comparer le kitsch allemand et asiatique (ce qui supposerait au préalable de réaliser une étude comparative sur le continent asiatique). 

  2. La République tchèque ne cessera de m’étonner ! Bien envie de lire Gottland de Mariusz Szczygiel pour en savoir plus. 

  3. On a besoin d’un slogan bien accrocheur, des idées ? 

Ajouter un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/375