Contenu

L'Instax ou les joies de la photographie instantanée

Pluie d'Instax Faute de pouvoir s’acheter le fameux SX-70 de Polaroïd et ensuite investir dans les films encore expérimentaux de The Impossible Project, j’ai décidé de me rabattre sur ce gros jouet en plastoc un peu cheap de Fuji qu’est l’Instax.

La prise en main est quelque peu déroutante : un viseur médiocre et décentré sur la gauche (attention au cadrage !), des possibilités de réglage quasi inexistantes et cet agaçant flash qui se déclenche automatiquement (il faut que je pense à coller de l’adhésif noir dessus).
Mais une fois que l’on a déclenché, la magie opère…

Voir mon image prendre progressivement vie et forme sous mes yeux et observer la réaction étonnée et pleine de curiosité des gens autour de moi, je ne m’en lasse pas. Il m’arrive encore d’être un peu fébrile et d’attendre impatiemment de voir le résultat.

Très ludique, c’est un excellent complément au numérique que ce soit en vacances ou au quotidien. J’apprécie de pouvoir partager, utiliser ou offrir immédiatement mes photos sans passer par la case, tri, post-traitement et impression (j’ai tout un dossier de photos qui attend encore d’être imprimé :/). Le rendu est souvent très bon, avec un petit côté rétro parfois, ce qui ne gâche rien.

Le prix des pellicules (20 euros les 20 poses) oblige juste de s’imposer une certaine discipline pour ne pas dilapider son stock trop vite, ce qui dans mon cas, me pousse à faire plus attention à mes cadrages et à ne pas déclencher au quart de tour.

Depuis que j’ai mon mastodonte au poids plume, je découvre une pratique photographique que j’aime énormément : ne pas s’embêter avec les réglages, cadrer, déclencher, admirer le développement de la photo et ensuite l’offrir, la coller sur le frigo, l’utiliser comme marque-page ou encore commencer un album/récit de voyage…

Je pense même en faire mon outil principal pour un prochain photodiary tellement je le trouve approprié pour capturer et donner corps à des bribes de réel, autrement éphémères.

Les Etats-Unis - Instax
Quelques Instax pris aux États-Unis. [1] Cliquez pour agrandir l’image.

Morceaux de vie figés, ces petits Instax cristallisent souvenirs et émotions au moment de la prise de vue dans un objet concret et c’est sans doute pourquoi je les aime tant.

Note

[1] Je vous montrerai l’album/récit de voyage quand je l’aurai terminé, ça rendra bien mieux (j’espère !) que ce scan fait à la va vite.

6 commentaires

1

Oh, je les vois beaucoup ces derniers temps ceux là ! Jolis clichés que tu as ramené !

annso

Le 14 novembre 2011 à 22:25

2

Très intéressant ça ! J’attends avec impatience de voir ces images !

Laurence

Le 15 novembre 2011 à 11:04

3

@annso : Ouii ! J’ai vu des billets sur l’Instax sur plusieurs blogs que je lis plus ou moins régulièrement (merci les flux RSS) comme quoi il y aurait une certaine demande pour l’instantané.

Merci :)

@Laurence : Tu as un extrait déjà ici :)
Je vais essayer de finir mon album rapidement pour scanner le résultat. Mais c’est un peu fastidieux (seul inconvénient à l’Instax : le partage Web ^^).

Llu

Le 17 novembre 2011 à 14:37

4

J’aime beaucoup le dôme-toile d’araignée-ondes dans l’eau…
(Cela me fait penser que ça fait des années que je n’ai pas développé de photos…)

mimylasouris

Le 28 novembre 2011 à 11:07

5

Il y a plusieurs type d’appareil Instax je suppose … Tu conseillerais lequel ? Je ne connaissais pas et je pense que c’est plus économique que le polaroid ( pas besoin d’acheter les cartouches à The Impossible Project ) et tout aussi sympa ! Merci !

Clément

Le 30 novembre 2011 à 11:04

6

Exact. Tu as l’Instax mini et l’Instax wide, une image valant bien des mots : Instax mini or wide

En gros, la différence vient de l’encombrement de l’appareil et du format de la photo. Je connais plusieurs personnes un peu frustrées par le mini et ses photos format carte de crédit.

J’ai l’Instax 210. A part un modèle (le 500AF) avec des réglages manuels, difficile à trouver et cher, qui a une bonne réputation sur le site et forum de Polaroid Passion (que je te conseille si tu te diriges vers l’instantané, c’est une mine de bons conseils), les autres sont à peu près équivalent, c’est surtout design qui change et le prix.

Et en effet, c’est vraiment plus économique que le polaroid (on trouve des films à prix raisonnable en France ou sur Ebay et si tu as l’occasion d’aller aux Etats-Unis, les prix sont très intéressants également, sauf si le taux de change de l’euro dégringole) mais surtout le film est plus abouti que celui de The Impossible Project il me semble.

Llu

Le 30 novembre 2011 à 12:36

Ajouter un commentaire

Vous pouvez écrire vos commentaires au format Markdown Extra.

Fil des commentaires