Contenu

Photographier et être photographié(e)

Suivez donc ces petits cailloux afin de ne pas vous perdre (et au besoin de zapper) : pratique photo - bilan - photographie, technique et “machisme” - de la taille de l’objectif ou de l’appareil et de la perception d’autrui - photographe solitaire - être photographiée

Presque trois ans que j’ai mon reflex (ça passe à une vitesse…). Une pratique photo erratique et irrégulière et extrêmement concentrée durant la période estivale, des progrès en dents de scie.

A mon actif, environ 3000 photos dont un nombre sans doute infiniment moindre de photos satisfaisantes à mes yeux (je n’ai pas encore fini mon tri sur Lightroom). Énormément de photos prises avec mon 100mm (environ 1/3), arrive ensuite mon 55-250 (mais comme je n’avais que lui et mon 50mm lors de mon long séjour en Croatie, je pense que les résultats sont un peu faussés) et seulement ensuite le 50mm avec le 18-55 assez proche. Je ne sais pas si ça veut dire grand chose, excepté que le 100mm macro est un régal à utiliser et qu’il est difficile de repasser sur ses autres optiques après.

Je me suis rendue compte que je privilégie énormément les gros plans (question de facilité peut-être, la composition est plus aisée) et que je m’amuse énormément en macro. En second, vient le paysage en général (urbain ou naturel) mais que je trouve beaucoup plus difficile à appréhender notamment pour tout ce qui est composition et gestion de la lumière. Rajoutons à cela que mon 18-55 ne me satisfait plus entièrement à l’usage (quelle idée j’ai eu d’acheter un L… ça rend capricieux) même s’il donne de bons résultats.

Pour avoir rapidement touché à la photographie sportive et de concert [1], je me suis découvert un nouvel intérêt (qui risque d’être à moyen-long terme assez coûteux) en sus de la photographie d’architecture et de rue (priez pour que je surmonte mon appréhension à photographier des gens !). Je cherche depuis peu également à progresser en portrait (éternelle dilettante et touche à tout…), pratique la plus difficile peut-être à mes yeux parce que je ne me sens pas du tout capable de gérer un sujet humain pour l’instant. Beaucoup de projets en perspective et c’est tant mieux !

J’ai la chance d’avoir désormais un parc optique relativement bon avec des optiques excellentes et d’autres bonnes, le 10-22 de Canon ayant rejoint les rangs récemment et que j’espère apprivoiser lors de mon voyage, reste encore à bien le maîtriser avant de continuer à investir (le rêve aujourd’hui s’appelle 300mm F/4, le F/2,8 lui restera à jamais inaccessible). Désormais je suis relativement à l’aise avec les termes vitesse d’obturation, ouverture et connaît assez bien mon appareil pour obtenir le rendu que je souhaite avoir, avec comme point noir la mesure de lumière qui reste encore assez empirique. Plus peur de shooter en manuel même si généralement je privilégie la priorité ouverture .

Petite constatation amusante, une connaissance mâle qui souhaite investir dans un reflex a préféré demander des conseils matériel à quelqu’un qu’il venait juste de rencontrer et qui pratique depuis beaucoup moins longtemps, comme si en tant que fille, je n’étais pas capable de donner des conseils techniques avisés. Passons, ça m’a juste fait sourire.
Mais si j’ai un conseil à donner, c’est de bien cibler ses besoins et ses envies avant de se jeter de suite sur un reflex alors que désormais on fait des compacts experts superbes et surtout de travailler sa technique et la composition et être inspirée. Je me rappelle avoir pris une très belle photo de paysage avec mon A95 de Canon pourtant complètement dépassé à l’époque de la prise et ma mère l’été dernier s’est très bien débrouillée avec. Et je vois tous les jours ou presque des photos faites avec un 5DMK2 très moyennes ou alors sans âme. D’un autre côté, je ne prône pas forcément de commencer avec un reflex entrée de gamme si on a les moyens. Je ne regrette pas une seconde l’achat du 100mm 2,8 L IS alors même que je ne l’exploite pas encore pleinement.

Autre constatation qui frôle le Captain Obvious, on ne vous regarde pas dans la rue pareil selon l’appareil/objectif que vous avez. Combien de fois m’a-t-on prise pour une photographe pro lors de mes sorties avec le 100mm et son pare-soleil vissé (inutile en macro tellement il est long mais parano que je suis je le laisse vissé tant que je me promène pour éviter un éventuel choc)… Ça a parfois des avantages comme lors d’une virée à Giverny où certains se poussaient pour me permettre de prendre une photo. Avec le S95, je passe bien plus inaperçue, surtout que depuis peu j’imite la touriste asiatique avec. Tout à son appareil, on ne se rend parfois pas compte des regards sur soi. D’où mon hésitation à ne prendre que le S95 avec moi lors de mon voyage et peut-être le reflex avec le 10-22. Mais, je sais que je vais regretter toute ma vie si je tombe sur une flore inconnue au Yellowstone sans mon 100mm. Autre problème le sac… J’ai un superbe sac à dos Lowepro, très compact et où j’arrive à fourrer tout mon matériel, Gorillapod inclus sans que personne ne s’en doute. Problème, c’est dans les faits assez peu pratique de sortir une optique et de la changer rapidement. Sans parler de la discrétion… Sac photo repéré à des kms à la ronde. J’ai récidivé avec une besace Lowepro mais qui est assez juste niveau contenance et moins équilibrée… Du coup, il va sans doute me falloir faire un choix. Aaargh Cassia pourquoi n’as tu pas un Canon toi aussi ! J’en reparlerai lors de mon billet sur les préparatifs de voyage.

Je disais que je pratiquais généralement l’été, je pratique également seule pour faire le lien avec l’article de Jacques Philippe. J’aime me promener seule de toute manière ou avec quelqu’un avec le même tempérament que moi, assez peu bavard en promenade pour bien s’imprégner et observer son environnement et surtout quelqu’un d’indépendant, qui avance à son rythme sans me forcer à suivre. Du coup ça revient presque à marcher seule. La solitude m’octroie une liberté de mouvement absolue et une meilleure concentration, éléments indispensables. De plus, je n’aime pas beaucoup sentir le regard de quelqu’un sur moi lorsque je photographie. Toujours cette peur bête d’être jugée. C’est moins le cas avec quelqu’un qui s’intéresse à la photo. J’aime échanger les conseils, expérience et astuces. Voir la prise de vue de l’autre qui souvent diffère de ma propre vision.

Après avoir rencontré deux photographes dont un pour qui j’ai même servi de modèle (photo de dos sinon je n’aurai jamais accepté), je réfléchissais à mon rapport avec la photographie. D’un côté, j’adore photographier. Lors de mes sorties, mon appareil photo est mon meilleur ami. De l’autre, une fois devant l’objectif, je déteste ça. Je cherche désespérément à fuir l’appareil. Un truc de fille apparemment d’après ce photographe. Jamais contente de notre image. D’après lui, la plupart des femmes photographes ne se montrent que cachées derrière leur objectif ou très partiellement (essentiellement les yeux), ce à quoi je n’ai pu qu’opiner. Ce malaise devant l’appareil est un vrai problème alors même que je désire ardemment conserver des souvenirs avec mes amis. Si on ajoute à ça, le fait que je ne me trouve absolument pas photogénique ce que nient certains qui me disent que c’est la faute au photographe.
J’essaye de me soigner, en m’essayant à l’autoportrait et peut-être bientôt en jouant les modèles. Pas par narcissisme (quoique avoir de belles photos de soi fait toujours plaisir à l’ego) mais surtout pour apprendre. Intéressée par le portrait, poser comme modèle me permettrait de comprendre ce que ressent la personne devant l’objectif et de voir comment le photographe réussit à mettre à l’aise et en confiance (avec moi comme modèle, je lui souhaite tout le courage du monde !) mais aussi comment fonctionne les prises studio (gestion de la lumière artificielle notamment).

Dernière chose pour conclure ce billet déjà trop long. Je vais réellement me forcer à publier mes photos que je laisse trop souvent de côté une fois prises, même si quelque part je n’en ressens pas toujours le besoin. Oh et 3 ans presque et je m’amuse toujours autant voire plus ;)

Note

[1] Le Myspace de Soft Explosion, le groupe de mon amie Marie que je suis allée voir en concert.

4 commentaires

1

Je viens de découvrir ton article et je tiens à te remercier pour la référence … Très très honorée !!!

Pour t’aider à résoudre ton dilemme, je te propose de ne prendre que l’appareil photo et l’objectif qui te plaisent réellement et avec lesquels tu te sens à l’aise ! Ensuite, si tu dois faire une macro avec un grand angle, pourquoi pas !!! Ca ne peut que booster ta créativité !

En tout cas, c’est une photo bien sympathique que tu nous montres !!

A très bientôt !

Laurence

Laurence

Le 15 juin 2011 à 11:31

2

De rien :)

Le problème c’est que l’objectif qui me plaît le plus, c’est le 100mm macro… Je partirai peut-être juste avec lui et mon UGA alors. Mais dès que j’y réfléchis je me dis, oh mais le 50mm ne pèse rien. Et puis oh mon grand angle est très léger. Oh puis puisque c’est comme ça autant prendre le 55-250, pourquoi le laisser derrière :p

Bref, je ne sais pas choisir :(
D’où la tendance à voyager lourd alors que je rêve de légèreté ! Heureusement, je peux entreposer une partie de mon matériel chez mon amie.

Si je restais en ville constamment, le choix aurait été aisé, mais avec les parcs en plus…

Lluciole

Le 15 juin 2011 à 22:59

3

Hâte de voir ce que tu nous réserveras à ton retour des Etats-Unis!
Pour ce qui est de fuir l’objectif, je comprends tout à fait. Et puis la notion de modèle est tout à fait intéressante, que ce soit en photo, en peinture ou en littérature…
Je te souhaite un très beau voyage aux USA!!

bambou

Le 21 juin 2011 à 11:17

4

Oh oui, montre-nous tes photos, je suis sûre qu’elles valent le coup d’oeil. Et bon voyage outre.Atlantique!

spiruline

Le 4 juillet 2011 à 13:51

Ajouter un commentaire

Vous pouvez écrire vos commentaires au format Markdown Extra.

Fil des commentaires