Contenu

Parlare italiano ?

S’il y a une chose que je pensais avoir appris avec l’université, c’est qu’il faut toujours s’attendre à tout mais surtout à rien.

Alors j’ai essayé de jouer ma blasée à qui on ne l’a fait plus « Oh ho ho, ma pauvre, si tu savais ! C’est que tu n’as pas passé UN an à la fac toi ! [1] », à me répéter que la fac ressemble à une boîte de confiseries et chocolats alléchants et diablement tentants en apparence pour qui on affronterait bien un dragon pour en manger ; à la première bouchée, la déception est rapide. Dans le meilleur des cas, on croque dans une coquille quasi vide et l’on reste sur sa faim ; dans le pire, on manque de s’étouffer lorsque l’on est accueilli par l’horrible goût de liqueur.

Mais je suis d’un naturel trop optimiste et enthousiaste - cela me perdra un jour… - parce que Sorbonne-Nouvelle oblige, j’ai cru que peut-être les choses seraient un peu différentes (oh juste un tout petit peu). Si certains cours de ma licence Études européennes ne m’enchantent guère pour l’instant [2], j’envisageais je ne sais quel paradis pour les langues. Deux langues obligatoires minimum, un choix parmi une très large palette de langues.

Que nenni ma chère enfant, une langue seulement parmi les très classiques anglais, allemand, espagnol, italien (débutant ou non). Oh, et quel dommage, aucun des créneaux d’allemand n’est compatible avec votre emploi du temps ! Vous allez devoir prendre une autre langue Mlle, désolée !
Quuue quoiii qu’ouïs-je ? Je ne peux pas reprendre l’allemand (lâché momentanément en Sorbonne pour ces merveilleux cours de littérature croate) ? Vous êtes sûrs qu’il n’y a pas erreur ? Non, parce que vous voyez les cours d’anglais, vu les titres ambitieux des modules, je sens que ça va être complètement nul ! Et en plus de tout ça, qui accepterait de venir de 18h à 19h30… ? Puis vous comprenez, mais j’en ai soupé de l’anglais. Non, parce que l’Allemagne est tout de même un membre majeur de l’Union et que… Oui, vous êtes vraiment sûrs ? Oh… Et je fais comment alors ? Italien ? Vous rigolez ? Je ne vais tout de même pas commencer l’italien maintenant ?! Pourquoi pas le polonais plutôt ? Non ? Ah… Vous êtes sûrs ? Non parce que vous savez les pays slaves constituent un nouveau enjeu, toussa toussa.
Comment ? Je dois sortir ? Mais, n’y a t-il pas une autre solution ? *Clac*
Hmm, j’imagine que cela veut dire non en langage administratif.

Me voilà inscrite officiellement en grand débutant italien et je ne sais qu’en penser.
Je devrais me réjouir, avoir l’occasion d’apprendre une nouvelle langue n’est pas donnée à tout le monde. Mais l’italien… n’est pour moi qu’un latin moderne, une variante proche de sa cousine française qui n’a rien à m’offrir [3]. J’espère tout de même m’amuser à retracer l’étymologie des mots et deviner leur sens grâce à ma connaissance (évanescente) du latin.

C’est tout de même étrange, ces histoires d’affinités. Mon cœur penche vers les langues slaves [4], les langues germaniques (surtout depuis que j’ai fait du vieil anglais) et aimerait se tourner vers l’Asie avec le japonais et bien entendu la langue maternelle, le viêtnamien.

Tant pis ou tant mieux, cela me forcera à m’ouvrir à une nouvelle culture et me fera découvrir une nouvelle facette de l’Europe.
Tout de même, je m’en vais noyer mon chagrin sur Amazon et acheter quelques beaux livres allemands que je mettrais un temps fou à lire.

Notes

[1] Amis ou inconnus qui avez fait vos trois années de licence à la fac, je vous admire !

[2] Qui peut sincèrement se passionner pour de la méthodologie et des modules de remise à niveau en histoire… ?

[3] Je m’excuse d’avance auprès de tous ceux qui connaissent cette langue et l’aiment, mettez ça sur mon ignorance crasse.

[4] J’eus été mille fois plus enthousiaste si je commençais le polonais, le tchèque (oh lire Kundera en tchèque !), le russe (Dostoievski !), langues slaves et donc relativement peu déroutantes pour une oreille habituée. Mais justement, là, ce qui m’intéresse ce sont les similitudes et différences. Alors pourquoi pas pour l’italien ?

4 commentaires

1

Trois ans d’italien pour ma part, tout ce que j’en ai retenu c’est que la langue est assez facile à assimiler (plus que l’espagnol en tout cas) et quand même agréable dans son genre.
Après oui, je comprends ton désarroi si tu penches plus côté Est.
Par exemple, avec le métier que je fais maintenant, je commence à regretter de ne pas avoir fait allemand, langue qui me sert beaucoup plus au quotidien que l’espagnol et qui finalement, à baragouiner (info de base, bonjour bonsoir) n’est pas si terriblement compliquée que çà. C’est de l’anglais plus musclé en fait ;)

Bon courage avec l’italien, tu pars avec un avantage majeur : n’avoir jamais fait d’espagnol, tu ne risques pas de tout mélanger (ceci dit, j’avais fait de l’espagnol, mais j’étais tellement mauvaise que je n’ai jamais réussi à confrondre les deux langues :p)

La Dame

Le 16 septembre 2010 à 10:42

2

Tiens… Ca me rappelle quelque-chose ca tiens. Bon, ben ca n’a finalement pas changé. A l’IUT (dépendant de la fac), je me suis dis que j’étais pas si mauvais en Allemand et que j’aimais bien. Horaires : 20h - 22h…. Avec un train à prendre derrière pour moi… à 23h (ben oui des trains à cette heure, y’en a plus toutes les 10min…

J’ai lâché l’affaire. Du grand n’importe quoi.

VIncent-P

Le 16 septembre 2010 à 13:10

3

Sorbonne-Nouvelle ? Cela veut dire que je vais peut-être te rencontrer ? (tu me diras, la Sorbonne mère n’était pas très loin, et en un an, j’ai du croiser une fois une amie de Melendili, qui était à Paris 3… dans le métro)

Italien, hum. Cela me laisserait assez dubitative. Je vais me contenter de ne pas perdre mon anglais, et peut-être un jour de me remettre à l’allemand. Sinon dans mes rêves les plus fous, je parlerais russe et tchèque.

mimylasouris

Le 17 septembre 2010 à 13:26

4

@ La Dame : Tu peux toujours commencer l’allemand ! Il n’est jamais trop tard ;)
Le problème, c’est que l’espagnol m’est presque plus proche grâce aux séries mexicaines que j’ai du suivre avec mes tantes et cousines croates. Du coup, je confonds déjà un peu les deux langues ^^

@ Vincent : Dommage pour l’allemand quand même :(
Aah les horaires de la fac… Magnifique ! On a un cours de 18h à 20h, comme si tout le monde était sur Paris. Résultat, au mieux, je rentre à 21h si j’ai toutes mes correspondances.

@mimy : Ah mais oui, j’espère bien. On peut attendre que le hasard fasse bien les choses (ça marche étonnamment bien quand ce sont des gens que je ne veux pas rencontrer) ou le provoquer, parce que je pense que tu ne dois pas être très souvent à la fac avec tes horaires de master.

L’italien me laisse aussi dubitative. J’ai soulé tous mes proches avec le fait que c’était inadmissible de ne pas pouvoir faire allemand, etc…
Mais je compte m’y remettre cette année tout en continuant à bosser l’anglais toute seule de mon côté.

Et on ne sait jamais, si je trouve le temps, j’ai toujours mon Assimil russe qui traîne dans ma biblio et qui n’attend que d’être ouvert… Mais, je n’y crois pas vraiment.

Lluciole

Le 17 septembre 2010 à 15:33

Ajouter un commentaire

Vous pouvez écrire vos commentaires au format Markdown Extra.