Contenu

Fac a(u) temps (des) partiel(s)

Épreuve de civilisation américaine

Les prédictions de Johnson (cf texte) sur la guerre du Vietnam se sont-elles révélées vraies ? Comment ? (Argumentez votre réponse nous dit le prof-surveillant)
Mon estime pour le prof était déjà quasi inexistante (CM purement factuel sur l’histoire des Etats-Unis, plus ennuyeux qu’un manuel de collège), mais là, j’ai failli m’étrangler en lisant la question.

Si j’avais encore un espoir que la civi puisse être autre chose qu’une succession de faits et que ça demanderait un peu de réflexion, il est anéanti à jamais. Et la part en moi qui aurait adoré faire des études d’histoire pleure.

Littérature

L’atmosphère avant l’épreuve était d’un pesant, entre celles qui n’avaient pas lu les bouquins et qui comptaient partir au bout d’une heure en se plaignant que les profs ne les encouragent pas plus, celles qui disaient détester Keats et Twain, et la littérature en générale [1].
Celles et ceux dont le stress était horriblement contagieux (c’est à ce moment là qu’on se maudit de ne pas avoir recharger son baladeur), celles qui comparaient Paris III et Paris IV, en disant que Paris IV c’était quand même bien plus dur (alors qu’aux dernières nouvelles, Paris III a le meilleur UFR anglophone), et qu’elles auraient 15 dans des facs de banlieue (en n’ouvrant pas le livre, j’ai quand même des doutes…), les mêmes qui descendaient les prépa en faisant preuve d’une ignorance crasse et d’une mauvaise foi à faire dégobiller un gobie en leur reprochant de penser qu’à la fac ils auraient des “pures notes !” (Henri IV s’en prend plein la gueule fort injustement à cause d’un “Prépa-guy” hautain et prétentieux [2]). Pourquoi tant de haine ? On est tous dans le même panier après tout…
Les mêmes encore qui fustigent ceux qui réussissent (y’en a qui n’ont pas évolué depuis le collège).

Tout ça pour un sujet-madeleine de Proust pour tout khâgneux : “L’autorité dans Les Aventures de Huckleberry Finn”.

La Sorbonne, fidèle à elle même, a eu l’intelligence de me coller une épreuve de littérature croate de13h à 17h (Malesherbes) alors que mon épreuve de version finissait à 12h30 ( avec thème de 8h à 10h). Je n’ai jamais aussi gratté rapidement pour une version, somme toute assez facile, mais que j’aurai pu retravailler si je n’avais pas fini le tout en 1h15 (au lieu des 2h généreusement accordées).

Rajoutons en prime que l’administration de la Sorbonne avait oublié de prévenir certains d’entre nous que pour nos convocations il fallait aller voir sur Internet. C’était un triste bordel cette histoire !

Heureusement, ça se termine bientôt (mardi). Et pour qu’on ne s’embête pas avant les vacances, l’UFR a décidé de changer les horaires de certains cours du deuxième semestre, m’obligeant à prendre une autre option obligatoire qui répond au doux nom barbare de Linguistique de corpus / Linguistique et documents électroniques et qui a l’air mais d’un passionnant… Cette UE permettra aux étudiants de s’initier à l’utilisation de corpus acquis par l’université (dont le BNC) ou à l’analyse de corpus qu’ils constitueront eux-mêmes, et de mettre ainsi leurs connaissances grammaticales, lexicales ou stylistiques à l’épreuve des textes. Je ne m’avance pas trop, ça pourrait être intéressant, et j’en viendrais peut-être même à me réjouir qu’aucune autre option n’était compatible avec mon emploi du temps ou encore vide, mais j’en doute encore.

Je retourne à mes rectifications d’emploi du temps et à mes dernières révisions au lieu de médire sur la Sorbonne ;)

Notes

[1] Franchement exaspérée, je me suis retenue de demander comment elles pouvaient détester si elles n’avaient même pas ouvert le bouquin…Et ce qu’elles foutaient là.

[2] La proximité sonore avec le mot allemand Papagei m’a bien fait sourire.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez écrire vos commentaires au format Markdown Extra.