Bribes #1

Comment garder une trace des lectures qui ont retenu mon attention, sans devoir trouver un titre plus ou moins alambiqué ? […] Comment prévenir le pourrissement de mes notes éparses, lorsque je n’ai pas le temps — ni l’envie — d’écrire une notule ou un article ?

métro[zen]dodo - Anthony Nelzin-Santos

J’aime l’idée de ne pas toujours avoir à réfléchir à un titre et pouvoir simplement jeter quelques mots ici plutôt que de les envoyer ailleurs. J’ai bloqué un temps sur le titre à donner à ces billets avant de me rendre à l’évidence. Ça sera donc « Bribes ».

Nos corps résistants

J’ai été très concentrée en février et en mars sur le lancement d’un blog collaboratif féministe et politique sur l’endométriose, À nos corps résistants.

Je ne me reconnaissais pas dans le discours des grandes associations du domaine et j’ai longtemps pensé que la maladie lorsqu’elle n’est pas en dormance prend déjà trop de place pour lui consacrer encore du temps.

Je n’aurais donc pas cru que faire partie de ce collectif de personnes concernées m’apporterait au quotidien tant de joie et de force alors même que je dois gérer une deuxième récidive (croisons les doigts, je suis relativement tranquille ces derniers jours).

Je suis donc très heureuse et fière de voir ce projet prendre son essor et d’en être. En un peu moins d’un mois, vous trouverez déjà une vingtaine d’articles publiés.

Avoir vos retours me ferait très plaisir et une fois n’est pas coutume, si vous pouviez soutenir le projet en le partageant autour de vous, ça voudrait dire beaucoup pour moi.

Confinement et COVID-19

Je fais partie des personnes privilégiées : je suis confinée et l’impact sur mon quotidien est minime. Je me suis enfermée encore plus sur moi-même et le travail, saturée par le bruit ambiant ; incapable de suivre.

Je suis encore surprise par les applaudissements chaque soir qui me rappellent qu’il est 20 heures déjà. Dérisoire et beau à la fois. Je n’arrive pas à trancher. Qu’en restera t-il après ? Dénoncera t-on les « connards qui nous gouvernent » ?

Les sources d’indignation sont nombreuses. J’essaie de ne pas me laisser submergée.

Voir fleurir des discours écologiques extrêmement douteux qui se réjouissent de manière indécente de l’épidémie. Sur ce sujet, je recommande de lire les deux articles de Perspectives printanières déconstruit les arguments avancés :

Le validisme et l’âgisme qui poussent à considérer les personnes handicapées et âgées comme moins prioritaires que les autres pour les soins.

Sur ce sujet, vous pouvez suivre et lire Elena Chamorro, militante du CLHEE.

Le principe d’égale dignité des personnes est déjà si difficilement respecté en temps normal… En période de crise, il est nécessaire de le rappeler.

En affirmant qu’il peut y avoir des critères de triage « justes » en soi, on risque d’affaiblir l’idéal d’égale dignité des personnes. Il n’est jamais juste au regard de ce principe d’établir des critères de qui a le droit de vivre ou de qui a le droit de mourir. On peut tout au plus parler de degrés d’injustice : il s’agit de trouver des critères qui sont les moins injustes. Mais, il n’y a pas de critères justes au regard du principe absolu d’égale dignité des personnes humaines. Ainsi, le critère de l’âge ou du « score de fragilité » peuvent conduire à une forme de discrimination des personnes âgées ou des personnes en situation de handicap et/ou atteintes de polypathologies.

Être toujours du côté des « opprimé·e·s » : relire le philosophe Paulo Freire en temps de crise éthique, The Conversation

L’inaccessibilité des informations et des sites webs m’a semblé également encore plus insupportable qu’à l’ordinaire. L’inaccessibilité tue. Littéralement.

Les réactions ignorantes et plaintives contre les dispositifs de vélotypie ou de LSF m’ont fait bondir. Faire accessible, mais uniquement si ça ne gêne pas les personnes valides…

Au milieu de toute cette agitation, je finis sur le magnifique texte de Le Roncier qui parle un peu du COVID-19 et si bien sur le VIH et son expérience de séropositif.

Je suis séropositif depuis 20 ans. Je suis asymptomatique depuis 20 ans. Je suis un vieux séropo. Je ne sais rien du coronavirus, mais je sais que les tests de dépistage sont un puissant moyen de changement des comportements. Je sais combien il est difficile de changer les comportements des gens, quand il n’y a pas de campagne de prévention répétées de grande ampleur, ni de messages suffisamment clairs. Moi aussi, j’ai ragé parce que les gens ne comprennent pas l’urgence sanitaire ou qu’ils sont aussi concernés, mais c’est juste humain.

On a pas tous les jours, Le Roncier

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/491