Bribes #5

Se perdre en lecture

Je n’ai plus qu’une notion assez floue du temps, plongée dans les livres. J’ai du mal à me rendre compte que près d’un mois vient déjà de passer.

Ma dernière lecture m’a plongé en URSS, en Russie et en Biélorussie. La fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch est une magnifique et saisissante fresque humaine qui cherche à conserver des bribes de l’époque soviétique, de sa chute et de l’effet sur la vie des gens, aujourd’hui1.

La civilisation soviétique… Je me dépêche de consigner ses traces. Des visages que je connais bien. Je pose des questions non sur le socialisme, mais sur l’amour, la jalousie, l’enfance, la vieillesse. Sur la musique, les danses, les coupes de cheveux. Sur les milliers de détails d’une vie qui a disparu. C’est la seule façon d’insérer la catastrophe dans un cadre familier et d’essayer de raconter quelque chose. De deviner quelque chose. Je n’en finis pas de m’étonner de voir à quel point une vie humaine ordinaire est passionnante. Une quantité infinie de vérités humaines… L’histoire ne s’intéresse qu’aux faits, les émotions, elles, restent toujours en marge. Ce n’est pas l’usage de les laisser entrer dans l’histoire. Moi, je regarde le monde avec les yeux d’une littéraire et non d’une historienne. Je suis étonnée par l’être humain…

Se transformer ?

Depuis deux semaines, j’arrive à intégrer et presque à aimer les exercices de renforcement musculaire à mon quotidien2, de 10 minutes à 1 heure 30 en fonction de l’énergie de la journée. J’en suis toute étonnée et assez fière d’observer la naissance de cette nouvelle habitude. En espérant qu’elle résiste aux crises de douleurs et surtout à mon retour en France et au changement de cadre et de rythme.

Chercher la pastèque parfaite

La quête de la pastèque parfaite continue. Je crois qu’il va falloir se résigner à accepter que la qualité a drastiquement baissé depuis quelques années. J’attends tranquillement les premiers raisins du jardin que je regarde mûrir.

Attendre la pluie

Au village, les conversations tournent autour de la pluie. On l’attend. On spécule sur son arrivée. Mon père tente de déchiffrer le ciel, les nuages et le vent en quête de réponse. Chaque année, cela me fait penser au livre de Steinbeck, Au dieu inconnu.

“He felt the driving rain, and heard it whipping down, pattering on the ground. He saw his hills grow dark with moisture. Then a lancing pain shot through the heart of the world. ‘I am the land,’ he said, ‘and I am the rain. The grass will grow out of me in a little while.’”

Quand ce n’est pas la pluie, on parle de travaux autour des légumes, des arbres fruitiers et des oliviers. Tout un vocabulaire dont je ne connais pas vraiment l’équivalent en français. Un monde inconnu et familier à la fois.

Terre et ville

Mon père est un homme de la terre ; je suis une fille de la ville. Il y a plus qu’un écart de génération entre nous.

Nos pères, à mes cousins et moi, nous tiennent éloignés de leur monde. Ne te salis pas les mains. Ce n’est pas pour toi ce genre de travail. C’est tout une histoire et un savoir qui sont en train de se perdre.

Héritage

Cette question de la transmission du savoir et de l’expertise me poursuit. J’y pense notamment sur mon domaine l’accessibilité numérique. Le sujet est à la mode depuis quelques temps et l’on ne peut que s’en réjouir.

De nombreux articles surgissent dans ma veille pour présenter ce qu’est l’accessibilité numérique ou comment débuter dans le domaine. Ils réinventent la roue et commettent les mêmes erreurs qu’il y a 20 ans. L’accessibilité numérique protégerait des rayons du soleil. Spoiler, non.

D’autre pensent détenir la solution au problème et proposent des solutions dont les limites sont déjà connues et démontrées. La suffisance ou la naïveté que cela révèle.

Comment créer une littérature du domaine et transmettre l’expérience ? Comment construire à partir des acquis et avancer collectivement ?


  1. Si son œuvre s’appuie sur des témoignages, je la lis comme une œuvre de fiction. Il s’agit bien d’un travail littéraire comme elle le rappelle et non d’un travail journalistique ou historique. Un article que je note ici pour creuser le sujet plus tard : « Du bon et du mauvais usage du témoignage dans l’œuvre de Svetlana Alexievitch » de Galia Ackerman, Frédérick Lemarchand. ↩︎

  2. Je m’appuie sur la plateforme Rheumafit qui propose des exercices vidéos sans fioritures. ↩︎

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.