Bribes #4

Féminin / masculin

Il n’y a pas de féminin au mot « marin ». Dit-on « une marin » ? Existait-il un mot féminin avant qu’il soit supprimé pour des raisons idéologiques ?

[…] nous sommes les héritières et les héritiers d’un long effort pour masculiniser notre langue.

J’ai lu récemment Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! d’Eliane Viennot. C’est éclairant sur l’importance du langage, malgré les dérisions de certains, et stimulant.

Concours de circonstance, le podcast Parler comme jamais a consacré dans le même temps deux épisodes sur l’écriture inclusive ou démasculinisée.

Spondylarthrite

« Votre test est positif. » L’espace d’un court instant, je peux encore hésiter sur le sens à donner à « positif ».

Mes douleurs récurrentes au dos, aux épaules, aux bras et à la paroi thoracique et plus généralement aux articulations ont désormais une explication plausible. Tout comme cette raideur et perte de mobilité constatée par le kinésithérapeute. Spondylarthrite.

J’écoute la rhumatologue m’expliquer la suite. Tout ça semble un peu irréel. J’informe très vite quelques personnes, qui je le sais ne réagiront pas avec commisération, comme pour ancrer la nouvelle et la rendre plus concrète. C’est aussi pour ça que je l’écris ici.

J’ai beau m’y être un peu préparée, être bien placée pour accepter les limites de mon corps, ça fait chier.

Je suis frustrée d’avance par le temps et les efforts que je devrai consacrer à cette maladie. Contrairement à d’autres personnes handicapées ou malades chroniques, je n’arrive pas encore réellement à voir la part de beauté et de poésie dans ce crip time 1.

Voyageur spatial

Lors d’une discussion avec mon père, on s’est demandé pourquoi Sputnik. On a émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’une contraction de « svemirski » et de « putnik », ces deux mots voulant dire respectivement spatial et voyageur en croate.

On trouvait que ça se tenait bien.

En réalité, « sputnik » veut dire compagnon de voyage en russe. Spatial est lui construit sur kosmos.

Ça me rappelle les malentendus entre tchèque et croate. Je remplaçais par h ce qui commençait par g en croate pour avoir l’équivalent tchèque. Une logique loin d’être infaillible ; même si après tout, entre « godina » (l’année) et « hodina » (l’heure), ce n’était qu’une question de temps.

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/506