Remède empoisonné

Aujourd’hui, je me remets difficilement d’effets secondaires liés à un nouveau traitement censé m’aider à aller mieux.

Clouée au lit une grosse partie de mon vendredi et du week-end, j’ai toujours détesté le repos forcé qu’est la convalescence. J’ai quand même réussi à lui voler assez temps pour lire quasiment d’une traite Chez soi de Mona Chollet qui aborde dans son livre de nombreuses questions et réflexions (voyage versus sédentarité, domesticité et esclavage moderne, intimité, féminisme, travail domestique ou encore architecture) qui me suivent.

Il se trouve que mes jolies pilules turquoises et violettes contiennent une substance à laquelle je suis apparemment, le diagnostic reste à confirmer par de plus amples analyses que ne manquera pas de me demander le laboratoire responsable m’informe le monsieur de la pharmacovigilance, allergique.

C’est presque rassurant de s’entendre confirmer de vive voix une causalité fortement soupçonnée entre la prise des médicaments et les symptômes et pourtant validée par la lecture préalable de la notice. Quelque part subsistait le doute d’exagérer ou de surinterpréter ce qui avait été lu, doute hérité d’années de minimisation de certains symptômes rapportés lors de la prise de certaines contraceptions hormonales par le corps médical.

Ajouter un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/442