Conduire

Janvier.
Obtention du permis. Enfin. A quelques semaines près, je partais à Prague. Tout aurait été à refaire. L’épreuve, qui a confiné à la torture, est désormais derrière moi. Une fortune dépensée, des heures perdues entre conduite, crises de nerfs et désespoir d’arriver un jour à passer ce rite de passage à la vie adulte. Je suis désormais autorisée à conduire.

Juillet.
La famille de mon copain m’offre la Corsa, l’ancienne, pour me faire la main et une assurance jusqu’à mars. Refus catégorique de conduire. Peur des autres et pour les autres et manque de confiance en moi. Chaque évocation de la Corsa tourne au drame.
Et soudain, déclic. Il pleut, il fait froid, il n’y a pas de bus, il fait nuit. Hors de question de couper par la forêt pour rejoindre Versailles et ensuite continuer jusqu’à la Celle Saint Cloud.
Hop, en voiture.
Des hésitations, des approximations mais l’essentiel est la. Joie d’avoir réussi à me déplacer sans dépendre de quelqu’un.

Septembre.
Reprise en douceur de la conduite. Premier passager, nouveaux itinéraires. Je ne sais pas encore bien me garer, je suis lente, j’accélère en même temps que j’appuie sur l’embrayage, je démarre en 2ème… Des choses qui - il n’y a pas si longtemps - auraient pris des dimensions énormes. Premier plein. Outch, ça fait mal à mon porte-monnaie d’étudiante. J’ai appris à relativiser. Ne pas mettre les autres et soi-même en danger, le reste n’a que peu d’importance.

Je découvre des petits plaisirs. Aller chez des amis sans se demander comment rentrer. Ne plus attendre un bus qui ne passe pas. Raccompagner une amie chez elle pour lui éviter un long trajet en transports et enfin rendre la pareil. Ce n’est pas grand chose, mais ça veut dire beaucoup pour moi.

Octobre. Prendre la voiture n’est plus vraiment un problème. Je suis impatiente toutefois de pouvoir m’offrir un vélo pliable pour les courts et moyens trajets pour m’éviter les grands tours à la recherche d’une place où se garer et ne pas polluer inutilement.
En attendant, je pense faire du covoiturage. Rien de plus énervant que d’être seule dans sa voiture alors que je peux transporter 3 ou 4 personnes en même temps.

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/328