Streets Of Philadelphia

Admirez la transition subtilement amenée avec le précédent billet où j’évoquais déjà la chanson de Springsteen. Ma mère le mettait en boucle avec Nina Simone à un moment, ce qui fait que je connais presque par cœur leurs chansons. Il y a pire comme éducation musicale.

“I walked a thousand miles… on the streets of Philadelphia…”

Philadelphie - Premier jour Je me réveille aux premières lueurs du jour et décide sortir visiter la ville à pieds. Sans d’autre but que d’atteindre le centre. Mauvaise estimation des distances. En marchant, je remarque de jolies maisons avec le “front porch” caractéristique de la vision que j’ai de la maison américaine. La plupart sont dans un état déplorable et mériteraient d’être rénovées. D’autres sont à vendre. Un énorme nounours en nœud papillon garde l’entrée d’une des maisons et toise les passants. Une autre est parée de colifichets et autres grigris. L’antre d’une sorcière ? Ou d’une hippie ? Comme les symboles Peace & Love dessinés sur la porte le suggèrent. Toute à ma réflexion, je sors mon appareil photo et shoote distraitement. Une factrice m’interpelle avec un joyeux “Hello !” et enchaîne en expliquant qu’elle aussi aime beaucoup les devantures de ces maisons et qu’elle a économisé pour acheter le même appareil que moi. Elle aime surtout faire des photos de maisons et me conseille d’errer dans certaines allées et d’ouvrir bien grands les yeux parce que ça vaut le coup. On se quitte ensuite. Elle doit continuer sa tournée. “Have a nice day ! You too !”

Après cette rencontre, je me promets de noter chaque nouvelle rencontre dans mon carnet pour ne pas oublier.

Avec le recul, et sans même le carnet sous les yeux, je me rends compte que des rencontres, j’en ai fait plein. Des rencontres de quelques minutes, d’une heure ou plus, de quelques jours. Finalement, c’est sans doute ce qui m’aura le plus marqué lors de ce séjour aux États-Unis. J’aime ces contacts humains et échanges parfois improbables.

Après la factrice, il y aura ce vieux monsieur à la gare, qui me voyant ouvrir laborieusement une carte de la ville, me proposera son aide même s’il trouve mon idée de marcher jusqu’au Museum of Art un peu saugrenue.

George - "Take a picture of me !"

Sur le chemin, je rencontre George. On échange les habituels “Where are you from ?” et explications qui suivent. Et puis il me demande de prendre une photo de lui. En souvenir de la rencontre. Je m’exécute. Le résultat n’est pas fameux. Il s’en moque. On se souhaite une bonne journée et on reprend chacun le cours de notre vie.

P.S. : Cliquez sur les images pour les agrandir.

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/282