Départ imminent... (1)

Billets décousus et long en perspective.

Retrouver le plaisir d’écrire

J’ai souvent voulu parler des études que je fais actuellement, ne serait-ce que parce que je me dis que ça peut toujours être utile à une âme errante qui se pose tout un tas de questions sur le comment vivre après une classe préparatoire ou le comment survivre à la fac plutôt, sur le qu’est ce que je veux faire plus tard, le comment ne pas s’inquiéter de la perspective d’emploi moribonde en sciences humaines au sens large (littérature, histoire, etc…).
Non pas que j’apporte des réponses loin de là, mais personnellement, j’ai toujours aimé que les gens me racontent leur parcours : leurs galères, leurs angoisses, leurs émois intellectuels, les moments “j’ai trouvé ce que j’aimais/voulais faire quand je serai grande” parce que bien évidemment nourrie aux Disney, tout finit bien. Essentiellement, par amour des histoires [1] et par envie de connaître et comprendre les gens ne serait ce qu’en infime partie.

L’unique problème, c’est que j’ai du mal à en parler et à prendre du recul. Il faut trouver le bon ton, éviter de mentionner des noms, de tomber dans l’égocentrisme (quoique si ça peut éviter des séances d’analyse à prix d’or…), le coup de gueule, bref faire en sorte de parler de soi de façon à la fois discrète, intime, sincère et si possible intéressante.

Je ne me prends plus la tête pour mettre à jour mon blog, Il restera toujours ce petit espace décousu, entre jardin secret et jardin public, je ne m’en fais pas pour lui. Mais parfois, je regrette qu’il ne soit pas plus occasion de rencontres et de discussions mais me refuse à ce jeu d’échanges polis de commentaires pour grossir le nombre de visiteurs sur mon blog. Par contre, j’essaye de lutter contre ma flemme et de prendre le temps de commenter plus ou moins de manière constructive sur des articles/billets qui m’ont interpellés quitte à le faire 3 mois après [2] parce que je sais à quel point ce sont les commentaires et l’interaction avec les commentateurs qui font l’intérêt du blog. Et surtout, je navigue de liens en liens pour découvrir toujours.

Ne pas attendre l’inspiration (cette g**** qui nous fait constamment poireauter) pour se mettre à écrire de tout et de rien, du très mauvais, du médiocre et éventuellement du bon à force de noircir le papier. Oublier les grands modèles, les “à quoi bon ?”, “moi, écrire, mais je me prends pour qui ?”, la peur de la médiocrité, de l’auto-satisfaction… Se faire plaisir, laisser couler sa plume, évacuer son stress, sa rage, sa tristesse, etc. dans l’encre noire, bleue ou autre, travailler dur et peut-être créer quelque chose de satisfaisant.

Notes

[1] Je ne dois pas avoir eu mon quota d’histoires racontées avant d’aller me coucher lorsque j’étais petite.

[2] et c’est bizarre, mais je me sens presque coupable de ne pas commenter, comme si ça faisait longtemps que je n’étais pas passée donner des nouvelles

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/190