La quête de la féminité : Les talons

20 ans passés, je me suis dit qu’il serait peut-être bon de grandir et de tendre un peu plus vers la femme que bon gré mal gré je vais devenir. Pressée par mes proches, voyant mes copines les plus m’en-foutistes m’abandonner vers les eaux troubles (sans intention de mauvais jeu de mots de ma part, promis !) de la féminité, j’ai décidé de faire des efforts pour ne pas ressembler à une geek/souris de bibliothèque tous les jours.

Première étape symbolique : les chaussures à talons.

J’ai toujours soutenu mordicus à ma mère qu’en dehors des baskets et tongs, point de salut pour mes petons.

J’avais beau admirer ces magnifiques casse-gueules que sont les chaussures à talons et adorer les plus vertigineuses, ma raison l’a toujours emporté : il me suffisait de m’imaginer en train de me vautrer royalement dans le métro devant les yeux hilares ou pire indifférents des voyageurs pour me convaincre qu’aussi tentantes soient-elles, ces instruments de torture n’orneraient pas mes pieds.

Jusqu’au jour où je cède aux charmes des soldes et achète une jolie paire de bottes à talons fins [1] (parce que c’est quand même plus féminin qu’une paire de Vans et que bon 40 euros, c’est pô cher !) que je ramène fièrement à ma mère qui m’assure que je n’arriverai jamais à marcher dedans.

Têtue comme dix mules, je décide de les mettre pour aller au lycée (Tle). Pour le regretter amèrement, oubliant deux choses essentielles : les pavés de la cour du lycée (je parie que même les plus aguerries en font des cauchemars) et le bruit que font les talons. A la fin de la journée, les pieds en feu, je remerciais le dieu des Geeks de m’avoir évité une amputation des deux pieds et proclamais haut et fort : “Plus jamais ça !”

Mais un attrait malsain pour les chaussures à talons (et pas les plus petits malheureusement) m’a fait récidiver et je me suis achetée des sandales compensées parce qu’elle était kro meugnonne ! La geek en moi se dit que j’aurai pu au moins m’offrir trois mois de WoW avec ça, mais ma raison a préféré choisir les sandales à l’approche des partiels.
Et puis avouons le, les chaussures à talons sont une sorte de cliché. L’accessoire avec lequel tu te dis que ça te donnera instantanément un bonus +10 Féminité. Hé oui, c’est vrai que j’ai carrément plus la classe avec mes chaussures à talons que dans mes vieilles Vans qui ont désormais 4 ans.

Décidée, enthousiaste et complètement idiote, ce matin même, je me lance dehors prête à affronter le goudron et le métro. 10 mètres plus loin, je fais demi tour le plus dignement possible (ouf ! personne !) pour troquer les meurtrières de mes chevilles pour des chaussures informes mais confortables.
EPIC FAIL

Je sens que la route va être longue…

Notes

[1] Pourquoi faut-il que la grande majorité des bottes plates soient aussi moches ?! Et surtout pourquoi je ne vois que les jolis modèles aux pieds des autres. Mais où achetez vous vos chaussures ! Donnez moi votre secret !

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.