Errance labyrinthique

Les UGC et moi décidément, c’est une histoire ratée d’avance…

Dépouillée des paquets de bonbons et autres gourmandises lors de la séance de Casino Royale (“Toute nourriture qui n’a pas été achetée ici est interdite.” ), éconduite deux fois lors de Ratatouille qui remplissait encore les salles en septembre et aujourd’hui refoulée alors que je m’étais décidée à aller à l’encontre des ordres de mon cerveau brumeux, qui ne souhaitait qu’une chose : rentrer au plus vite à la maison, pour aller voir Australia malgré les critiques défavorables et l’affirmation d’une amie khâgneuse “C’est gnangnan apparemment!”, qualificatif qui a le même effet que tout fromage français puant [1] sur moi (quand j’étais petite surtout), c’est-à-dire de me faire déguerpir.

Par esprit de contradiction, et parce que deux avis favorables (La Dame et Graal) valent mieux qu’un ouï dire défavorable, je m’étais décidée d’y aller tout de suite après le cours d’histoire, mais manque de chance, je suis arrivée à la bourre aux Halles.

Là commence mon périple, pour arriver jusqu’à l’UGC, kein Problem, ABER pour retrouver son chemin ensuite dans les Halles, ça se corse. Avouons aussi, et pour que vous ne pensiez pas que mon sens de l’orientation est si mauvais, que je cherchais un magasin pour profiter des soldes. Sauf qu’en fait, les basiques ça se solde pas ou très peu. Erreur de débutante naïve…

Ensuite a commencé mon errance [2] pour retrouver la gueule du métro où m’engouffrer allègrement. Mais perdue au milieu du niveau -1 ou -2, je déboule sur un magasin japonais Muji, dont j’avais déjà entendu parler sans y mettre les pieds.

Pour faire court, le concept, c’est d’avoir des objets sans logo, sans marque (même si désormais Muji est devenu une marque).
Le style est très épuré et sobre, je ne sais pas ce que valent les objets (qualitativement), disons que mon œil novice a surtout remarqué de sombres arnaques sous couvert du slogan qui dit nous vendre uniquement des choses utiles (certes, mais à quel prix ?!), mais aussi des petits trucs très sympa en rayon papeterie et rangements, [3], en rayon mobilier également : coup de cœur pour ce pouf qui épouse vos formes pour flemmarder ou pour lire confortablement sans avoir mal au dos. Je suis restée béate dessus durant environ 15 minutes parce que le rayon était vide, jusqu’au moment fatidique où il a fallu se relever. Note pour le prochain qui aura la tentation de s’asseoir, c’est très dur d’en sortir. Le pouf, trop attaché à vous, entend bien vous garder prisonnier : le prix à payer pour votre libération étant de vous payer une honte sidérale lors de votre lever…
On trouve également quelques petites choses qui sont de bonnes idées cadeaux originales, j’ai retenu le t-shirt en cube et la petite plante dans un sachet que l’on fait pousser.

Ce billet n’a pas de conclusion et s’achève brutalement ainsi. L’auteur assouvissant ici un besoin d’aller à l’encontre des règles qui exigent une intro, des transitions et une conclusion et excluent les annotations autres que celles du prof. Par ailleurs, elle a conscience de la vacuité de son propos, et ne s’en excuse pas.

Notes

[1] Ne vous vexez pas, je n’ai pas dit que c’était le Français qui était puant. Dès qu’on touche aux fromages ici, on déclenche des passions…Pour vous calmer, je reconnais que le durian, fruit viêtnamien, dégage lui aussi des effluves subtiles que les narines de longs nez que nous sommes (et oui, ils me considèrent aussi comme une Occidentale et font à peine une différence avec un Français dont les ancêtres sont Français depuis la Guerre de Cent Ans et moi, surtout que j’ai hérité du nez de ma grand-mère paternelle, mais ça vous vous en moquez…), semblent ne pas pouvoir apprécier. L’espèce de chose mélangée que je suis peut vous dire qu’en fait, les deux chatouillent le nez et s’imprègnent dans le frigo, laissant leurs traces sur tous les aliments que vous trouviez comestibles.

[2] Les Halles sont un labyrinthe bien plus abouti que celui du labyrinthe du Pays des Merveilles ou même de Dédale. Certes, sans les dangers de ces derniers. Je ne sais ce que l’on doit redouter le plus, la Reine hystérique ou le Minotaure… Ici milles obstacles viennent ralentir votre progression vers la sortie !

[3] Attention, je ne suis pas du tout objective. Je suis une accro papeterie et rangements : j’aime les beaux stylos, les cahiers, les boîtes, les classeurs de toutes les formes, etc… J’ai d’ailleurs craqué pour des post-it marque pages très pratiques qui évitent de corner ses bouquins et deux petits cahiers qui me serviront de carnet de voyage ! Me regardez pas comme ça ! Oui ! Même à travers de simples pixels je sens votre regard et il en dit long ;)

Ajouter un commentaire

Lire la politique de confidentialité.
Les champs obligatoires sont marqués d’un astérisque *.

Les commentaires peuvent être formatés avec la syntaxe Markdown Extra.

M’écrire

Vous pouvez également m’envoyer un mail si vous préférez.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://bribesdereel.net/trackback/24